Massacre de migrants : L’Union africaine sort du silence

La presse internationale fait état d’une répression féroce des migrants subsahariens par les forces de sécurité marocaines lors de la tentative de franchissement de la frontière de Melilla causant au moins 18 morts.

Le Premier ministre socialiste espagnol, Pedro Sánchez , a décrit ce drame comme un « assaut (…) violent et organisé de la part de mafias qui se livrent au trafic d’êtres humains, contre une ville qui est un territoire espagnol ».

Suite à cette tentative d’entrée massive dans l’enclave espagnole de Melilla, le Chef de la Commission de l’Union africaine (UA) a dénoncé « le traitement violent et dégradant de migrants africains ». Le Tchadien Moussa Faki Mahamat réclame une enquête.

« J’exprime ma profonde émotion et mon inquiétude face au traitement violent et dégradant de migrants africains cherchant à traverser une frontière internationale entre le Maroc et l’Espagne », a tweeté dimanche soir Moussa Faki.

Autre source

A lire aussi :   Guinée : Bientôt l’Assemblée nationale aura son siège