Revue de presse du Lundi 1er Juin 2022 avec Mamadou Saliou Bah

La réponse du CNRD au haut-commissariat des droits de l’homme de l’ONU et la hausse du prix du carburant sont les sujets à la Une des sites d’informations consultés par notre rédaction ce mercredi 1er juin 2022.

Dans un communiqué lu au journal télévisé de la RTG hier, le président de la transition s’est montré ouvert au dialogue autour de la table, avant d’annoncer qu’aucune marche ne sera autorisée aussi longtemps que les garanties d’encadrement ne seront pas réunies.

Avant cette nouvelle décision du CNRD rappelle africaguinee.com, le Bureau des Droits de l’homme des Nations-Unies avait demandé à la junte la levée immédiate de l’interdiction des manifestations politiques de rue.

Droit dans ses bottes, le colonel Mamadi Doumbouya réitère qu’aucune marche ne sera “autorisée aussi longtemps que les garanties d’encadrement ne seront pas réunies”. Pour la junte, rien ne peut justifier l’organisation des marches en cette période renchéri le site.

Le FNDC ne se soumettra pas à l’interdiction des manifestations

Du berger à la bergère ! La réaction du FNDC ne s’est pas faite attendre suite au communiqué du CNRD, rendu public mardi soir dans lequel, la junte a réitéré qu’aucune marche ne sera autorisée en Guinée, aussi longtemps que les « garanties d’encadrement ne seront pas réunies, rapporteGuineematin

Le FNDC dénonce la « sourde oreille » dont fait montre la junte qui, en dépit des dénonciations et les mises en garde, des institutions internationales sur les éventuelles conséquences de cette décision sur la bonne marche de la transition, décide, de « restreindre » l’exercice des libertés publiques.

A lire aussi :   Revue de presse du mardi 05 Avril 2022 avec Mamadou Saliou Bah

Au regard de l’article 8 de la charte de la transition et des traités internationaux auxquels la Guinée a souscrit, qui consacrent et garantissent les droits et libertés aux citoyens guinéens, Foniké Mengué et ses camarades réitèrent avec « fermeté » leur refus catégorique de se soumettre à cette « interdiction illégale et inopportune, informeGuineematin

Hausse des prix des produits pétroliers

De 10.000GNF, le prix du litre passe à 12.000 GNF à la pompe, soit une augmentation de 2000 Gnf

Pour le site africaguinée, on sentait déjà cette décision arriver, mais on ne savait à quand. Le site rappelle qu’en déplacement à N’Zérékoré, le Premier ministre Mohamed Béavogui avait annoncé les couleurs en déclarant :

 Que l’essence achetée autre fois un peu moins chère, pour être vendue à 10.000Gnf, est aujourd’hui acheté à l’étranger, à valeur de 15.000Gnf et que la même quantité était toujours vendue à 10.000Gnf.

Ledjély de poursuivre, imposée par la flambée du prix du pétrole au niveau internationale, elle-même en partie consécutive à la guerre en Ukraine, cette augmentation intervient, dans le cas de la Guinée, dans un contexte marqué par une crise économique caractérisée par une hausse généralisée des prix sur le marché. Or, cette situation ne risque guère de s’améliorer avec la décision ainsi annoncée. Au contraire, ce réajustement des prix des produits pétroliers devant se répercuter sur les tarifs de transport, va davantage impacter les prix des denrées sur le marché.

Une mauvaise nouvelle qui suscite des réactions de protestation

Le gouvernement de transition a surpris tout le monde hier soir, en annonçant la hausse du prix du carburant estimemosaiqueguinee. Une mauvaise nouvelle qui n’a pas tardé à susciter des réactions. Dès 6 heures ce matin, des mouvements de protestation ont été enregistrés sur l’autoroute le Prince.

A lire aussi :   Décès du journaliste Mohamed Camara, membre de la Cellule de Communication du Gouvernement

Des jeunes ont érigé des barricades et brûlé des pneus sur la route pour exprimer leur mécontentement face à la décision des autorités guinéennes. Les manifestants ont bloqué momentanément la circulation entre Cosa et Hamdallaye, dans la commune de Ratoma. Mais, les forces de l’ordre sont aussitôt intervenues pour les disperser et rétablir la circulation dans la zone, précise le site d’information.

Par Mamadou Saliou Bah