Revue de presse du mardi 24 Mai 2022 avec Mamadou Saliou Bah

Les médias consultés ce matin par notre rédaction, sont dominés par les réactions suscitées par le voyage médical de l’ancien président Alpha Condé et la retraite gouvernementale en région forestière.

Le voyage médical de l’ancien président Alpha Condé suscite des inquiétudes au sein des organisations de défense de droit de l’homme. Les avocats français du FNDC, maitres William Bourdon et Vincent Brengarth dénoncent une immixtion de la junte dans les affaires judiciaires. Pour avoir le cœur net, Me William Bourdon et Vincent Brengarth expriment le souhait d’obtenir confirmation de l’intervention du procureur général près la Cour d’appel de Conakry dans la procédure ayant abouti à cette autorisation du voyage, rapporte Africaguinee.com. Les avocats du FNDC disent être étonnés de l’immixtion de la junte dans un processus qui devrait désormais relever exclusivement du pouvoir judiciaire sur la base de l’interdiction de sortie du territoire contre Alpha Condé et compagnie.

L’ex président Alpha Condé fait aussi parler de lui dans les colonnes du journal panafricain jeune Afrique. 

Depuis Istanboul où il séjourne depuis quelques jours pour de raisons médicales l’ancien président Alpha condé qui s’est entretenu avec nos confrères de jeune afrique a laissé éclater sa colère contre certains cadres de sa gouvernance. Dans un entretien qu’il a accordé à nos confrères l’ex président renversé le 05 septembre accuse certains cadres de son ancien entourage des Guinéens qui n’aiment leurs pays. Dans les colonnes du journal l’ancien président Alpha Condé dit être préoccupé uniquement de sa santé avant de confier qu’il ne souhaite pas parler de politique pour de multiples raisons.

A lire aussi :   TIBOU KAMARA, le 28 Septembre2009 à Conakry : récusation de son autoblachiment (Par Mamadou Billo Sy Savané)

Retraite gouvernementale à N’Zérékoré, le ministre de la défense nationale fait des révélations.

Face aux soldats de la 4eme région militaire Behanzin de N’zérékoré le ministre délégué à la défense nationale a révélé que chaque année l’Etat débloquait 17 milliards FG uniquement pour le transport de Conakry vers l’intérieur du pays du ravitaillement en riz des militaires alors que seulement quelques soldats recevaient leurs dotations, rapporte guineenews.org. Le ministre délégué à la défense a aussi annoncé à ses frères d’armes que le Président de la Transition a décidé de l’augmentation de 25% sur le solde de tous les militaires avant de préciser que désormais les militaires ne paieront plus leurs tenues, rapporte le site d’information Guineenews.org

Sur le continent les quotidiens s’intéressent aux irrégularités constatées sur les listes de candidatures de la mouvance et de la coalition de l’opposition Yewi Askan Wi aux élections législatives de juillet prochain.

La liste de la coalition de la mouvance et c’elle de l’opposition Yewwi Askan à Dakar risquent un rejet pure et simple pour non-respect de la parité, rapporte le quotidien l’enquête. Le journal rewmi.com rappelle que ’’la loi est dure, mais c’est la loi’’. ’’Si le juge électoral applique les dispositions prévues par le Code électoral, les deux grandes coalitions risquent de passer à la trappe. Le quotidien la Source estime que l’ancien maire de Dakar Khalifa Sall (YAW) et Macky Sall (BBY) sont les ‘responsables’’ des manquements que comporte les listes de candidature de la mouvance et de l’opposition pour avoir agi ‘’en solo’’ lors de la confection des listes des candidats.

A lire aussi :   Enquête exclusive: Air Guinée, Usine de Fria, Liquidation du chemin de fer,...tous ces dossiers qui coulent Cellou Dalein Diallo

Au Burkina Faso nos confrères tirent la sonnette d’alarme face à la crise alimentaire qui plane sur le pays

Face à insécurité alimentaire qui plane sur le Burkina le gouvernement a mobilisé 156 milliards de F CFA pour la riposte », a mentionné le journal le Pays en sa Une
Le journal annonce qu’en Conseil des ministres le gouvernement Burkinabé a adopté un rapport relatif au Plan de réponse et de soutien aux populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition ». L’observateur palga indique que le plan a un coût global de 200 milliards de F CFA et est financé par l’Etat burkinabé, les partenaires techniques et financiers et les collectivités du Burkina

Par Mamadou Saliou Bah