Mali: la junte accuse l’armée française d’«espionnage» et de «subversion»

La junte militaire au pouvoir à Bamako a accusé mardi 26 avril au soir l’armée française d’«espionnage» et de «subversion».

Violation de l’espace aérien malien

Un des cas les plus récents de «violation de l’espace aérien malien» a «été la présence illégale d’un drone des forces françaises, le 20 avril 2022, au-dessus de la base de Gossi», affirme un communiqué du gouvernement de Bamako.

«Outre l’espionnage, les forces françaises se sont rendues coupables de subversion en publiant (de) fausses images montées de toutes pièces afin d’accuser (des soldats maliens) d’être les auteurs de tueries de civils».

c’est une fin sans gloire pour une intervention armée entamée de manière euphorique et qui s’achève, neuf ans plus tard, sur fond de crise entre le Mali et la France

Selon Le Monde, c’est une fin sans gloire pour une intervention armée entamée de manière euphorique et qui s’achève, neuf ans plus tard, sur fond de crise entre le Mali et la France, deux pays qui se crurent, le temps des premières victoires, liés par une amitié indéfectible et se retrouvent aujourd’hui dos à dos.

La faute en revient aux autorités de transition, « sur une trajectoire de rupture avec leurs partenaires internationaux », dénonçait l’Elysée à la veille de l’annonce de ce retrait précipité des troupes françaises du Mali, pointant la volonté de la junte de « s’accrocher au pouvoir » et le recours aux miliciens de Wagner aux « méthodes très brutales ».

A lire aussi :   Guerre Russie-Ukraine: La colère de Dakar suite au recrutement de combattants lancé par l’ambassade d’Ukraine