Expulsion de Cellou Dalein Diallo et de Sidya Touré de leur résidence: Chacun En Prendra Pour Son Grade

Ils ont espéré jusqu’au bout que le Tribunal de première instance de Dixxim accepterait de juger le litige qui les oppose à l’Etat guinéen au sujet des propriétés qu’ils  ont acquises sous la présidence de Lassana Conté. Cependant, force est de constater que cette  justice sur laquelle  ils ont bâti leurs espoirs  s’est effondrée comme un château de cartes. Celle-ci s’est  déclarée incompétente  dans cette affaire. Une décision judiciaire qui n’est pas sans conséquence pour ces deux leaders politiques guinéens  quand on sait que quelques jours après, sur instruction de la Direction générale du patrimoine bâti, Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré  ont été sommés  de  quitter les résidences qu’ils occupaient. A l’allure où a été  conduite cette affaire,  nous sommes tentés de croire aujourd’hui que c’est une chasse aux sorcières, un harcèlement qui ne dit pas son nom. En effet,  passé le temps de la grande euphorie qui a envahi  les populations guinéennes aux premières heures du coup d’Etat ayant balayé le régime  d’Alpha Condé en septembre 2021,   s’installent  progressivement dans les consciences de bon nombre de citoyens guinéens et de ces deux leaders politiques,  le regret et la désillusion. On se souvient que ce sont ces deux leaders politiques qui  s’étaient  empressés   de saluer sur les ondes de certaines radios étrangères  ce coup de force de Mahamady  Doumbouya. Dans leurs messages,  ils invitaient  le peuple guinéen à accompagner la  junte pour une transition réussie,  espérant, à tort ou à raison, que le pouvoir militaire leur ferait la passe  à la fin de la gestion  de  cette  transition.

A lire aussi :   Guinée : 117 cas de viols enregistrés de janvier à mars 2022 (OPROGEM)

Qui sera la prochaine cible des  militaires ?

Ils ont peut être  oublié  qu’un militaire demeure jusqu’à preuve du contraire un militaire. Le militaire  ne prend pas le pouvoir pour le céder facilement à un  civil.  En Afrique et dans le monde, les exemples sont légion.  C’est d’ailleurs pour cette raison  qu’il faut éviter  d’accorder immédiatement un blanc seing  au  pouvoir des hommes en kaki  après un coup de force. Les chantiers qui se présentent à cette junte guinéenne, sont assez  vastes  et  le peuple guinéen  s’attend à ce que ces militaires les exécutent bien afin de ramener leur pays à une vie constitutionnelle normale. Il s’agit entre autres, de  la durée de la transition  avec un  chronogramme  consensuel bien établi, la lutte contre la cherté de la vie, la corruption, les dossiers  pendants en justice etc. Malheureusement,  pour l’instant, au lieu de s’attaquer à ces chantiers,  cette junte s’intéresse aux  problèmes qui ne retiennent pas l’attention  des Guinéens ou qui ne concernent pas leur quotidien. Ce sont entre autres,  les radiations au sein de l’Armée, la mise à la retraite des  généraux, des gendarmes,  des policiers  et aujourd’hui, le harcèlement et  la traque  des leaders politiques.  Jusqu’où ira cette junte ? A cette allure, si on n’y  prend garde,  tout le monde en aura pour son grade en Guinée. Qui sera la prochaine cible de ces  militaires ? En effet, si l’intention de la Junte  militaire d’assainir le patrimoine  immobilier de l’Etat  est noble,  il faut  cependant reconnaître  que c’est  la manière de procéder  qui manque le plus.  La direction générale du patrimoine aurait pu   mettre en  place une commission pour traiter le dossier,  en procédant d’abord à l’audition des deux leaders politiques. Malheureusement,  ce sont des Forces de défense et de sécurité,  armées jusqu’aux dents, qui ont pris d’assaut, le matin du 28 février 2022,  les  alentours  des résidences de ces deux poids lourds politiques,  les obligeant manu militari,   à débarrasser le plancher. Le peuple guinéen et le monde entier  n’avaient  pas besoin d’un  tel spectacle qui, de mémoire de Guinéen, ne s’est  jamais produit, même sous les régimes précédents.

A lire aussi :   Manifestations politiques en Guinée : Où est passé le jeune activiste Mamadou Oury Barry ?

Lepays.fr