Mise en place des CAERLES : Faranah tient son CIP et met le cap sur la formation

Le comité inter-partie (CIP) de la préfecture de Faranah s’est tenu ce Dimanche en présence des représentants des partis politiques, de la société civile et de l’administration dans la salle de conférence de la préfecture. La cérémonie s’est déroulée sous la coordination de deux superviseurs venus de la CENI et du MATD.

” Toutes les parties prenantes au processus électorale ont répondu à l’appel. Elles ont été informées hier(Samedi) de l’arrivée de la mission et la tenue du CIP ce Dimanche”, s’est réjoui Kalabane Zénab Yansané, assistante technique électorale à la CENI.

La gestion du processus électoral par les acteurs a été le principal sujet au centre des débats parfois houleux entre les missionnaires de la CENI et les participants. 

 ” C’est pour expliquer le mode opératoire pour que tout le monde sache comment le processus va se passer. C’est inscrit dans l’agenda de la CENI, à chaque grande activité on fait un CIP pour faire le point de la situation pour que les acteurs soient au même niveau d’information”, a déclaré le président de la commission électorale préfectorale indépendante (CEPI), Bintoumadi Oularé.

En outre, Bintoumadi Oularé de préciser qu’il s’agit d’indiquer clairement aux acteurs, comment le recensement, la révision des listes électorales doivent se passer et comment les commissions administratives d’établissement des listes électorales doivent être constituées. Leur rôle et leur responsabilité.

“C’est un travail complexe. Donc, nous avons besoin des personnes capables”, a-t-il ajouté.

De leur côté, les participants ont exprimé leur satisfaction d’avoir participé au débat et au partage d’information avec les délégués de la commission électorale nationale indépendante.

A lire aussi :   Mali-France, les raisons d’un divorce

 ” Les missionnaires de la CENI ont donné d’ample information par rapport à la composition des CAERLE etc. Tout se passe dans l’entente de la compréhension. Après cette rencontre, notre devoir c’est d’élargir les informations au niveau de la base”, lance le représentant de la mouvance, Mamady Condé.

” Nos attentes, il faut que les démembrements respectent les principes de la CENI sur l’impartialité et neutralité. Parce que, nous avons besoin d’être rassuré”, le représentant de l’opposition, Amadou Oury Souaré.

A noter que les participants ont soulevé toutes leurs inquiétudes autour du processus électoral. Du recensement en passant par l’enrôlement des électeurs et la correction des anomalies sur la liste électorale. La formation quant à elle démarre le début de la semaine prochaine.

Moussa Diawara, envoyé spécial

Moussa Diawara
Journaliste reporter d'images, administrateur Gl à reporterguinee.net Aime le voyage, la lecture, la découverte et le sport