Etats-Unis : 17 mille cas de harcèlement sexuel dans les écoles en 4 ans (étude)

Quelque 17 mille cas de harcèlement sexuel ont été enregistrés dans les établissements scolaires aux Etats-Unis, en l’espace de 4 ans, selon la Direction fédérale des informations pénales, citée par l’agence de presse américaine « Associated press ».
Lesdites agressions verbales et physiques ont été repérées entre l’automne 2011 et le printemps 2015, d’après l’enquête y afférente.
Le non-suivi d’un tel fléau par les responsables des établissements scolaires constitue, par ailleurs, l’essentiel de la dangerosité, d’après la même source.

Le document cité par le média américain met, par ailleurs, en garde contre la détermination d’une partie du corps scolaire à camoufler ces pratiques au lieu d’en élucider les circonstances, bien qu’elles aient touché des élèves de moins de 5 ans.
« Bien que le nombre de 17 mille élèves ne soit très élevé par rapport au nombre total des élèves et étudiants frôlant les 50 millions aux Etats-Unis, il y a de quoi s’alerter vu que les autorités du pays négligent ce fléau, ajouté à celui des violences dans les milieux scolaires », lit-on dans le document de la Direction fédérale.

Commentant ce fléau social, Charles Chekcheft, spécialiste du comportement sexuel à l’Université Virginia Commonwealth University a affirmé : « La sécurité des élèves et des étudiants est une partie indivisible de la tâche des établissements éducatifs et de leur responsabilité pénale ».

Dénonçant un tel manquement, il a poursuivi : « Il paraît que les écoles ne garantissent pas cette sécurité et nous ignorons les raisons ».

L’enquête a, en outre, critiqué l’absence, dans les établissements scolaires et à tous les niveaux, de mécanismes permettant le contrôle et l’identification de toute agression sexuelle. Elle a également mis l’accent sur d’énormes pressions faites pour dissimuler ces pratiques dans les écoles, du fait des conséquences qui en découlent.

Quelque 5% des 17 mille viols sont attribués à des enfants de moins de 6 ans, alors que les auteurs du taux le plus élevé sont des enfants âgés de 10 à 14 ans, selon « Associated press ».

Anadolu/Reporterguinee 

 

Moussa Diawara
Journaliste reporter d'images, administrateur Gl à reporterguinee.net Aime le voyage, la lecture, la découverte et le sport