Accord politique : Les victimes silencieuses se font entendre

Les conclusions du 11eme dialogue politique stipulent l’indemnisation des victimes des manifestations politiques en Guinée. Cependant, certaines victimes risquent de se retrouver sur le carreau.

De toute évidence, ce point de l’accord qui ne concerne que les victimes de 2013 est loin de faire l’unanimité au sein du peuple guinéen. Des contestations fusent de toute part. Récemment, l’union des radios et télévision libre de Guinée(Urtelgui) a haussé le ton pour que soit prises en compte certaines radio pillées en 2013.

Parmi les victimes, le cas de Fodéba Dansoko technicien de radio est illustratif. Il a été menacé et sa famille agressée pour des raisons politiques.

Aussi, il convient de de signaler le cas d’une autre catégorie de victime. Celles qu’on pourrait appeler « les victimes silencieuses » qui en réalité n’ont aucune défense. Parce que oubliées ou victimes d’exclusion.  C’est par exemple la violence faite au journaliste Zakaria Camara, correspondant de la voix de l’Amérique en Guinée en 2009 lors du massacre de l’opposition au stade du 28 septembre à Conakry.

Par Moussa Diawara

Moussa Diawara
Journaliste reporter d'images, administrateur Gl à reporterguinee.net Aime le voyage, la lecture, la découverte et le sport