• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • Après la mise en place du cabinet du chef de file de l’opposition: Mohamed Lamine Kaba(Fidel) plus que pessimiste

Après la mise en place du cabinet du chef de file de l’opposition: Mohamed Lamine Kaba(Fidel) plus que pessimiste

  • Par admin
  • 17 octobre 2017
  • 0

La formation du cabinet du chef de file de l’opposition est loin de faire l’unanimité. L’opposant Mohamed Lamine Kaba, président du parti FIDEL a réagi en dénonçant la procédure de sa mise en place. Il a été joint par notre rédaction. Lisez son interview.

 Reporterguinee.net: Le Chef de file de l’opposition a récemment formé son cabinet. Quel a été votre réaction à ce sujet ?

Mohamed Lamine Kaba : D’abord, je tiens à préciser à ce niveau que le statut du chef du chef file de l’opposition est légal, par ce qu’il a été vote à l’assemblée à l’unanimité. Cependant, la composition de ce cabinet n’a pas obéit à des principes républicains. Le statut du chef de file de l’opposition, en son article 6, il est clairement dit : il est de l’opposition le parti politique qui adresse une déclaration officielle au ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation pour signifier son appartenance à l’opposition. A ma connaissance ni l’UFDG ni les partis politiques qui composent le cabinet du chef de file de l’opposition n’ont fait cette déclaration. On n’est pas opposant par ce qu’on s’organise à tout moment pour jeter des pierres ou ériger des barrages dans les rues. Ce n’est pas cela l’opposition. La logique voudrait qu’avant de mettre en place ce cabinet, il était normal de s’adresser au ministère de l’administration du territoire pour fournir la liste des partis politiques de l’opposition qui doivent se concerter d’abord pour fournir le fonctionnement du chef de file de l’opposition mais aussi sa composition. Ce qui n’a pas été fait. Donc du coup, ça devient quelque chose d’illégale qui ne répond pas à des normes. Deuxième vice de forme, ce fond qui a été attribué au chef de file de l’opposition a été fait de manière illégale. Par ce que, tout ce que l’Etat dépense se trouve dans une loi qu’on appel la loi de finance. Tous les départements ministériels, leurs dépenses sont mentionnées dans la loi de finance et débattus à l’assemblée ministère par ministère. C’est le cas de toutes les institutions républicaines, de tous les établissements publics, de toutes les chancelleries de notre pays à l’étranger. Seul le fond alloué au chef de file de l’opposition échappe cette règle républicaine. La procédure décrite par la constitution n’a pas été respectée. Donc, c’est une transaction entre homme et homme et non une transaction entre deux institutions. Ça devient un acte de corruption. Le corrupteur, c’est bien le président Alpha et le corrompu c’est Cellou Dalain.

Que pensez-vous des membres de ce cabinet ?

La première perception que nous avons eu de la chose, c’est que c’est composé exclusivement par les anciens alliés et les alliés actuels du président Alpha Condé. Il s’agit de M Mamandou Sylla, ancien allié du professeur Alpha Condé et député du RPG arc en ciel. M Makanera Kaké,  ancien ministre, M Papa koly Kourouma actuel ministre d’Alpha Condé, par ce qu’il n’a ni démissionné ni été demis de ses fonctions. M Jean Marc Telliano, aussi ancien ministre. Vous voyez que le cabinet a été exclusivement composé de ceux qui ont été remerciés par le président Alpha Condé. Vouloir faire recours à ces mêmes personnes,  la perception que j’ai  c’est comme si Cellou Dalain se comportait comme le président Alpha Condé. Je ne vois pas une vision du président Cellou Dalain différente de celle du président Alpha Condé.

Ce cabinet apportera-t-il changement attendu  par  les guinéens du point de vue amélioration des conditions de vie ?

En principe dans tous les pays où il y a eu des cabinets du chef file de l’opposition, il y a eu ce qu’on appel le décret d’application qui nous permet de savoir exactement l’expression du besoin de ce cabinet, sa composition, son fonctionnement. Rien de cela n’a été fait. Un plan d’action devrait être dressé par ce cabinet pour définir ces orientations. Pour moi, tout parti politique qui accepterait de se faire traiter par ce fond dilapidé de nos ressources ne peut pas parler du respect de la constitution ni des lois organiques. Par ce que tout simplement un opposant comme le président Dalain et ceux qui sont avec lui se laissent faire. Accepter un fond qui n’a pas respecté la procédure légale, ça veut dire qu’ils ne se battent pas pour l’intérêt de la nation mais plutôt pour leurs propres intérêts.

Pensez-vous comme certains que Cellou Dalain Diallo a échoué dans la mise en place de son cabinet ?

L’échec d’abord c’est le fait d’avoir accepté un fond qui n’a pas connu la procédure de toutes les institutions républicaines, de tout ce que l’Etat a comme charge. Ce n’est que le prix de la paix qui a été remis à Dalain. Je pense que c’est un échec. Par ce que, c’est lui qui dénonce les dépenses irraisonnées. Il accepte du coup d’autres dépenses irraisonnées par ce qu’il est le bénéficiaire. Je crois que c’est aberrant et contraire au bon sens. C’est contraire aux valeurs républicaines que nous avons défendues ensemble.

Interview réalisée

par Fatoumata Takoba Condé

Share Button
PRECEDENT «
SUIVANT »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*