L’ONFPP au service du développement réel !

  • Par admin
  • 16 juin 2017
  • 0

Depuis sa nomination comme Directeur Général de l’Office National de Formation Professionnelle et du Perfectionnement (ONFPP), il y’a un peu plus d’une année, Lucien Beindou Guilao ne cesse de révolutionner cet organe qui n’était pas connu du grand public.

A moins de trois ans, cet office a pu rassurer les entreprises contributrices pour la formation des cadres, des jeunes sans emploi et les femmes actives notamment dans les groupements productifs. Des engagements honorés, des employés d’entreprises mieux outillés qui ont permis à cet office d’avoir une large visibilité.

Parmi les réformes engagées par l’ancien Ministre Délégué des Guinéens de l’étranger, figure en bonne partie celle de la remise en cause des cadres dudit office. : « A mon arrivée il était question de faire un diagnostic. La première chose qu’on a fait c’est de mettre tous les cadres de l’Office à la gestion axées sur le résultat. Nous avons travaillé pendant des semaines à huis clos pour définir le bon chemin que nous devons suivre. C’est ainsi que nous avons fait le portrait-robot de l’Office pour 2020 avec des opportunités qui pourraient se présenter  à nous ».

L’Office National de Formation Professionnelle et du Perfectionnement dispose des valeurs allant, du Respect, de la Solidarité jusqu’à l’Equité en passant par l’Ecoute, l’Audace et la Transversalité. Des valeurs qui ont permis selon le Directeur Général d’enregistrer des résultats positifs.  A la suite de ce diagnostic on a fait notre plan d’actions stratégiques. « Aujourd’hui tout le personnel de l’Office a été formé dans divers domaines selon notre public cible. Ce qui nous amène à poser des actions pertinentes sur le terrain ».

L’office entend élargir son champ d’actions, pour mieux répondre aux besoins des populations, raison pour laquelle : « en ce moment nous cherchons des fonds pour lancer un vaste programme de formation, insertion, apprentissage de six mille jeunes. Dans cette formation, nous avons ciblé des corps de métiers tels que l’hôtellerie, le tourisme, la mécanique, la métallurgie, la menuiserie, l’électricité. Il faut que l’on cesse de faire appel à de la main d’œuvre étrangère pour construire une maison, servir un café, ou accueillir des clients », a indiqué Lucien Guilao.

Pour lui, ces formations à l’endroit des femmes et des jeunes sont extrêmement importantes pour l’économie guinéenne, en ce sens qu’elles permettront à ces femmes et à ces jeunes de migrer facilement de l’informel vers le formel. Ces formations aux modules GERME, Gérer Mieux, son Entreprise, sont d’une efficacité exemplaire. Car, pendant la formation il y a le suivi. A la fin de chaque formation, on a un superviseur qui fait l’évaluation à chaud. Ensuite une évaluation six mois après et même un an après. C’est ce qu’on appelle l’évaluation à froid.

Ces formations permettront également de lutter contre l’exode rural et l’immigration clandestine. Une femme éduquée, à une meilleure influence sur ses enfants, a dit en substance le Directeur de l’ONFPP, qui demande aux jeunes et aux femmes d’y croire en leur avenir. Notre structure est là pour les aider à se former et à se perfectionner, a-t-il conclu.

Une autre formation pour 15.000 femmes vivant en milieu rural avait été organisée par l’ONFPP.

Sékou Oumar Gack

Share Button
PRECEDENT «
SUIVANT »

Journaliste reporter d'images, administrateur Gl à reporterguinee.net Aime le voyage, la lecture, la découverte et le sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*