Fait du jour : La corruption policière à ciel ouvert sur le Niger

La route « niger » au sud de Conakry n’est pas que connue pour ses embouteillages montres aux heures de pointe. En outre, il y a bel et bien une pratique qui agace le quotidien des usagers de cette route essentiellement des propriétaires d’engin roulant. Celle de la corruption policière. Et ce sont des policières qui s’illustrent dans cette bassesse non loin de l’ancienne Sotelgui (voir photos). Notre radar a été attentionné ce mardi par la présence massive de policières qui se donnaient à cœur joie au racket de modiques sommes sur des chauffeurs de transports en commun et des motards à la recherche du pain quotidien. Leurs modes opératoires sont ceux que l’on a l’habitude de nous servir dans la plupart des carrefours cette pratique a pignon sur rue. Il s’agit de créer de faux embouteillages dans l’objectif de récupérer facilement des proies. Une fois les grappins sur elles, avoir tous les documents sur soi ne suffisent pas pour échapper au paiement de sommes allant de 5000 à 10000Gnf, voire plus à ces agents de la police nationale corrompus jusqu’à la moelle des os.

Par la rédaction            

Moussa Diawara
Journaliste reporter d'images, administrateur Gl à reporterguinee.net Aime le voyage, la lecture, la découverte et le sport