Education : voici pourquoi l’Etat n’a pas orienté les boursiers dans les universités privées

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a décidé cette année de ne pas envoyer de nouveaux étudiants dans les instituts et universités privés du pays. Cela, à moins d’un mois de la reprise des cours dans les universités guinéennes.

Selon le député uninominal de la Préfecture de Dinguiraye, l’honorable Dr Fodé Bocar Maréga, cette décision du ministère à l’allure d’un règlement de compte politique, qui risque de faire perdre des emplois dans le secteur privé.

Pour lui : «Le secteur privé a joué son rôle pendant longtemps dans ce pays. On ne peut pas bannir ça du jour au lendemain. Aujourd’hui, ils ont un petit drame avec Dr Ousmane Kaba (président du parti PADES et député à l’Assemblée nationale), donc il faut profiter de tout ça pour régler ses comptes», a déclaré ce dimanche, 10 septembre 2017, le parlementaire.

poursuivant, l’élu de la circonscription électorale de Dinguiraye a dit : «Je suppose que le secteur privé aura un manque cette année. Il y aura des pertes d’emplois. Les autorités devraient plutôt s’engager dans une dynamique de redressement de leur rapport avec ces universités privées, en discutant avec elles pour voir par exemple comment promouvoir la formation professionnelle, qui manque dans notre pays. Discuter de manière globale, pour que rien ne soit perdu », a-t-il souhaité.

Il a tout de même reconnu que les universités privées ont une part de responsabilité face à la situation de déliquescence de l’enseignement supérieur en Guinée. « Mais, la responsabilité première incombe à l’Etat », tranche-t-il.

Sékou Oumar Gack

 

Moussa Diawara
Journaliste reporter d'images, administrateur Gl à reporterguinee.net Aime le voyage, la lecture, la découverte et le sport