Macron à l’Elysée: Du pareil au même pour l’Afrique (Experts)

Saluée par la communauté africaine immigrée en France, l’élection d’Emmanuel Macron, dimanche dernier, n’augure, pourtant, rien de nouveau pour l’avenir des relations Afrique-France, estiment des experts africains.

Pour eux, Macron ne fera que poursuivre la politique de ses prédécesseurs, à savoir celle d’un « ancien colonisateur envers ses anciennes colonies »

Aussitôt annoncée, la victoire de Macron n’a pas tardé à susciter des débats animés dans nombre de pays africains, anciennes colonies françaises et qui continuent à entretenir des relations privilégiées aussi bien économiques que culturelles avec la France.

Tel a été le cas au Niger, pays où la principale richesse naturelle, à savoir l’uranium, est commercialisé par la société française AREVA, très souvent accusée par des ONG locales et internationales de tirer le meilleur profit de cette ressource, a rapporté le correspondant d’Anadolu.

Interrogé par Anadolu, Ibrahim Hamidou, journaliste de renom et spécialiste des relations France-Niger, a déclaré que « l’arrivée de Macron à l’Elysée n’aura pas un véritable impact sur les relations entre la France et le Niger ».

«En général, tous les gouvernements français, qu’ils soient issus de la Gauche ou de la Droite, ne remettent jamais en cause le pillage de l’Afrique par les multinationales françaises ou même des sociétés d’Etat comme AREVA», dénonce-il à Anadolu.

«S’agissant d’Emmanuel Macron, certes il a dit qu’il n’a pas de parti politique. Mais tout le monde sait qu’il a profité du concassage du Parti Socialiste et du démantèlement de la Droite par François Hollande.

« Donc, lui-même reste lié à l’ancien système de gouvernance et de ce fait il n’y a aucun changement à attendre de sa part. La France va continuer à piller et à dominer ses anciennes colonies», a-t-il estimé.

Un avis partagé par l’économiste nigérien Abarchi Magalma qui trouve que « l’élection d’Emmanuel Macron ne changera rien dans les relations entre la France et l’Afrique »

S’exprimant dans une déclaration à Anadolu, il note que « le moment est venu pour que les Africains prennent leur destin en main ».

« Les relations entre Etats c’est une lutte des volontés, chacun cherche à imposer la sienne à l’autre. Malheureusement vis-à-vis de la France, l’Afrique ne parvient toujours pas à imposer ses volontés. Nous continuons à nous adapter à ce que la France veut, alors même que nous devrons avoir des stratégies en décidant de ce que nous voulons », explique-t-il.

Il souligne, en outre que l’Afrique et particulièrement les anciennes colonies françaises doivent s’inspirer des modèles mis en place par des pays comme la Chine ou la Turquie qui ont réussi à mettre en œuvre des stratégies de développement qui leur permettent aujourd’hui de concurrencer la France dans nombre de domaines.

«Aujourd’hui ces pays sont en train d’arracher des marchés à la France, y compris dans ses anciennes colonies. Pourquoi l’Afrique ne peut-elle pas aussi s’inspirer des modèles de ces pays, surtout qu’elle se rend compte qu’après plus de 60 ans de partenariat avec la France elle patauge toujours dans la pauvreté et le sous-développement ?», s’indigne le spécialiste.

Abdou Khadre Lô, expert politique et directeur de Primum Africa consulting ( cabinet de consulting sénégalais pluridisciplinaire indépendant ) se dit, pour sa part, étonné par la joie qui a accompagné la victoire de Macron au Sénégal.

« Comment peut-on croire un seul instant que le nouveau président français a un programme pour l’Afrique ? il suffit de consulter son programme disponible sur le Net pour s’en rendre compte » , note-t-il dans une déclaration à Anadolu.

« Peu optimiste », il affirme que « l’Afrique n’a rien à attendre de la nouvelle administration Macron qui s’inscrira dans le sillon de ses prédécesseurs, c’est à dire faire en sorte que la France puisse continuer à bénéficier des matières premières africaines à son avantage ».

Pour lui « Macron c’est les grandes entreprises c’est le big business, donc il défendra les intérêts des entreprises françaises aussi bien en Europe que dans le reste du monde, notamment en Afrique, fournisseur de matières premières de la France ».

Equilibrer les rapports est essentiel pour permettre au continent de tirer lui aussi meilleur profit de ce partenariat avec la France, explique Abdou Khadre Lô, jugeant que c’est aux pays africains « de voir comment changer la donne dans ce sens ».

Bien qu’il pense que l’arrivée d’Emmanuel Macron qui est d’une autre génération peut présager d’une autre approche dans les rapports entre la France et l’Afrique, l’économiste Felwine Sarr affiche lui aussi des réserves quant à une évolution optimale des relations France-Afrique.

« C’est aux Africains de mettre un terme à cette histoire de Françafrique, en mettant en place des relations beaucoup plus équilibrées et en refusant d’être dans un pacte néo-colonial. Le travail, c’est nous qui devons le faire en exigeant plus d’équilibre et de respect », a-t-il estimé.

Anadolu/Reporterguinee

 

Moussa Diawara
Journaliste reporter d'images, administrateur Gl à reporterguinee.net Aime le voyage, la lecture, la découverte et le sport